Un homme bien dans ses jupes !

Un homme bien dans ses jupes !

Actuajupées 2014

Novembre 2014

- 07 : L'automne et ses températures fraîches sont de retour. Ceci ne gêne en rien mon envie de sortir en jupe et je rêve de faire des émules masculins.

Octobre 2014

- 02 : A Paris pour plusieurs semaines, j'ai peu l'occasion de sortir en jupe mais ce n'est que pour mieux reprendre plus tard.

Septembre

- 11 septembre : Durant un mois, j'aurai moins l'occasion de pouvoir sortir pour raisons professionnelles. Mais comme j'ose maintenant, quel que soit le jour de la semaine, rien n'est moins sûr.

En regardant les résultats du sondage, j'envisage de mettre un article pour analyser. Je reste déçu par le peu de votes féminins, d'autant qu'ils sont négatifs. Dommage et pourquoi cela ?

Août 2014

- 14 : Ayant trouvé un article sur "Les inrocks intéressant, je l'ai résumé et mis ici. Je remercie les deux journalistes qui nous encouragent. Je vais tenter d'entrer en contact avec elles et les inviter sur ce blog.

- 07 : Voilà, tout a une fin. Retour à NANCY le 4 avec étape à PARIS le 3 au soir. J'aurai porté la jupe tous les jours, et je n'allais à la plage et en centre-ville qu'en portant une bien sûr.

Juillet 2014

-26 : Depuis le 21 après-midi, je ne sors qu'en jupe et c'est si agréable. La brise ajoute un petit plus au confort. Et je suis allé à la plage hier avec ma nouvelle acquisition.

- 22 : Courses dans divers magasins à CARNAC et dans la Zone Commerciale d'AURAY. Achat d'une jupe de plage pour 2,40 € !

- 17 : Suppression de deux sondages "Féminin" et "Masculin" que je trouvais peu utiles et peu visités.

Juin 2014

Juste quelques sorties dans Paris.

Mai 2014

- 22 : Tout peut arriver. La preuve en est que, cet après-midi, après une longue sortie de 2h30 dans Paris 5°, je rentre à mon hébergement. Quelques minutes après, on sonne. Une dame et sa nièce voulaient prendre des affaires laissées par le propriétaire. Un peu surpris, je me dis "Oups, ça va jaser alors que le propriétaire ne sait pas que je porte des jupes."

Un peu inquiet, je me décide à téléphoner à cette dame pour lui demander de ne rien dire. Et là, surprise !

"Ah bon, vous étiez en jupe ? Je ne m'en suis même pas aperçue. Quant à ma nièce, je lui demanderai si elle a remarqué. Mais rassurez-vous, ni elle ni moi ne dirons quoique ce soit."

Comme quoi, le naturel est primordial.

- 17 : Tiens, pour tester les réactions suite à la médiatisation du port de la jupe par des lycéens et enseignants nantais hier, je suis sorti en jupe dans Paris 5°. Aucune réaction, pas même un regard. Les gens s'en fichent et ils ont bien raison. Ce qui me révolte, les proportions qu'a pris cette "affaire".

Ce lien est présent tant qu'il est fonctionnel ! Journée de la jupe dans un lycée de Nantes

Assimiler ceux-ci à des jeunes manipulés, laisser croire qu'ils sont habillés ou qu'on les habille "en fille" parce qu'ils portent une jupe est ahurissant !

Car le but de cette démarche est de lutter contre le sexisme, et rien d'autre. Elle aurait pu être solidaire et non pas sectaire.

Malgré cela, comment ne pas être inquiet de lire, d'entendre des propos et de voir des images prônant une telle intolérance ?

Heureusement, les commentaires ne sont pas tous aussi violents, certains même sont positifs. Mais que de travail reste à faire !

Julie G. dans un grand quotidien national, le 16 mai :

C'est aujourd'hui que les lycéens et enseignants de 27 établissements nantais sont invités par leur académie à porter la jupe, pour «lutter contre le sexisme».

J'ai d'abord cru à un canular. Rien de plus vrai pourtant et la polémique enfle depuis 3 jours.

Une telle sottise le mérite-t-elle? Oui, car de deux choses l'une, ou il y a un dessein derrière cette initiative (des lobbys LGBT transgenre qui ne peuvent pas résister à l'envie de déguiser nos garçons en filles), ou il n'y a qu'une absurdité qui révèle les impasses de la «théorie du genre» et la folle logique à l'œuvre dans les politiques de lutte contre les discriminations.

Concrètement qu'attend-on de ces garçons invités à porter des jupes? Qu'ils se sentent dans la peau d'une femme l'espace d'une journée? Le présumer, c'est le comble du sexisme, puisqu'on y réduit le féminin à ses codes vestimentaires dans le moment même où l'on prétend dénoncer cette perception étriquée de la différence des sexes qu'est le sexisme. La théorie du genre» est vouée à être le chien qui se mord la queue: pour dénoncer des inégalités entre les sexes il faut partir de la différence masculin/féminin. Pour atteindre l'égalité radicale il faut abolir les signes visibles de cette différence. Mais pour rêver une indifférenciation on ne sait pas faire autrement que recourir au travestissement, c'est-à-dire réaliser le transfert d'éléments ou de codes caractéristiques du sexe qui n'est pas le mien. C'est donc constamment le retour du refoulé: je ne manifeste jamais plus l'identité sexuée que lorsque je cherche à l'évacuer.

La logique de lutte contre les discriminations, quant à elle, pense la personne sous l'angle de la catégorie dans laquelle on la range et développe une approche segmentée spécifique pour lui venir en aide. Si on décline l'initiative lycéenne relayée à grand renfort d'affiches et de dossiers de presse par l'Académie de Nantes cela donne: pour lutter contre le racisme se maquiller en blanc si on est noir et en noir si on est blanc, pour lutter contre les inégalités villes - campagnes venir avec une vache à l'école, pour lutter contre l'islamophobie instaurer une journée de port du foulard à l'école (chiche!), pour mieux accepter les personnes en surpoids enfiler un costume de sumo.

L'approche par segment de population, inspirée du marketing, entretient la discrimination qu'elle prétend combattre, car elle fait disparaître la personne derrière la catégorie. Il serait préférable de lui substituer un principe plus général de respect dû à toute personne à raison, non pas de son appartenance à tel ou tel groupe mais à raison de ma propre responsabilité de créer du lien avec ceux que je côtoie.

Même quotidien, le 16 mai,Y.T., un homme, a donné le ton des manifestants contre l'initiative nantaise :

Ceux qui ont été séduits par la femme à barbe du concours de l’Eurovision devraient être conquis par l’expérience cautionnée par l’académie de Nantes, avec l’aval du ministère. Ce vendredi, les lycéens, garçons et filles, sont invités à assister aux cours en jupe.
(...) " Donc, pour lutter contre le sexisme, pourquoi ne pas instituer le jour de la jupe pour tous ? À ce compte-là, on peut s’attendre à beaucoup d’autres initiatives. Pour lutter contre la déprime des jeunes, exigeront-ils une journée du cannabis pour tous ? Et, bientôt, pour vaincre la timidité, les inhibitions et les préjugés, une journée « tous à poil », comme le titre du fameux livre pour les élèves de maternelle ?"

Pour finir, V.S. , une femme, explique, dans un quotidien aussi connu, le 16 mai :

Ces temps-ci, les réacs de tout poil, pour qui la famille est sacrée et le sexe tabou, sont à l’affût de la moindre occasion pour provoquer le scandale. L’école est devenue leur terrain de prédilection. Au départ, rappelle Libération, une idée d’élèves nantais élus au conseil académique de la vie lycéenne : organiser une journée de lutte contre le sexisme baptisée. Ce jour-là, filles et garçons, profs comme élèves, sont invités à porter une jupe ou un autocollant 'Je lutte contre le sexisme, et vous ?' et à assister à des débats sur les discriminations à l’école. L’an dernier, 20 lycées, sur les 220 de l’académie, l’ont organisée sans le moindre problème."

Introduction du reportage France3 Pays de la Loire du 16 mai : les garçons étaient fiers et les filles admiratives.
Au lycée Clemenceau de Nantes (Loire-Atlantique), près d'une centaine de garçons sont venus en cours vêtus d'une jupe, vendredi 16 mai. Ils ont répondu à l'appel de l'opération polémique "Ce que soulève la jupe", contestée par les opposants au mariage pour tous. Pierre, Louis, Barthélémy, Martin et les autres ne sont pas peu fiers, dans leurs jupes bleues, violettes, noires ou à fleurs, à volants ou moulantes, voire en kilt pour certains. "Je l'ai empruntée à ma sœur", explique l'un. "Moi c'est ma mère qui me l'a prêtée", dit l'autre. "Ils n'ont pas peur du ridicule et je les admire" Sarah, Ileana, Lea et Anne, toutes en jupe, discutent ensemble. "Moi, par exemple, je me mets jamais en jupe au lycée : on a des regards, on sait que ça parle dans notre dos...", reconnaît l'une d'elles. Les garçons en jupe, "ça nous fait plaisir, parce qu'ils ont du courage franchement. Ils n'ont pas peur du ridicule et je les admire..."

Dommage que, par la même occasion, le confort de la jupe n'ait pas été souligné.

- 07 : A Paris depuis plusieurs semaines pour raisons professionnelles, aucune occasion ne s'est présentée pour sortir en jupe.

Avril 2014

- 27 : Stéphanie, jeune fille pleine de talent, m'a fait parvenir un dessin au trait réalisé dans le cadre de ses études artistiques au lycée. Je lui ai demandé de transmettre à sa professeur et à ses amies pour avoir les avis de celles-ci et faire connaitre le blog. Le fera-t-elle ? J'espère que oui.

- 24 : Très occupé en ce moment, je ne peux ni sortir en jupe, ni animer le blog. A très bientôt.

- 06 : Hier, étant à Paris pour plusieurs semaines, je suis allé une nouvelle jupe. La 18° ! Moins de 10 €, en coton, elle est kaki et très agréable à porter. J'ai, hélas, peu d'occasions de sortir car je suis très occupé. Sans doute samedi prochain, ou avant si je peux.

Mars 2014

- 29 : Ah que cela fait du bien de RE-sortir ! Ce matin, trajet Paris-Nancy en TGV en jupe n° 13. Puis passage à mon agence bancaire, car j'avais promis à ma chargée de compte de venir la voir en jupe.

- 14 : Quel plaisir de pouvoir enfin sortir jambes nues. Ce fut la première fois de l'année pour aller chez ma médecin traitant, qui est habituée à me voir en jupe.

Les sondages sont peu utilisés et c'est dommage. Mais 2 votes sont "Négatifs". Je respecte ceux-ci, et pense savoir de qui ils proviennent. Si je ne me trompe pas, je trouve cela étonnant car je pensais ces 2 personnes ouvertes, surtout "elle". Ce doit être la femme rencontrée le 20 février, et son mari, ancien élève aussi.

Février 2014

- 24 : Ce week-end, j'étais en groupe près de Paris. Ne connaissant aucun membre, j'avais prévenu la responsable. N'ayant pas eu d'objection, j'ai fait du prosélytisme ce dimanche.

J'avais choisi la jupe n° 16, collants noirs, sweet avec capuchon gris clair. Lever tôt, j'étais le premier pour le petit-déjeuner. Aucune remarque des 2 personnes en charge de la résidence. Plusieurs membres ont trouvé cela très bien et une femme m'a complimenté sur l'ensemble fort bien assorti selon elle. Chose à ajouter : elle avait déjà évoqué le sujet en proposant à son frère (un espagnol) s'il ne serait pas tenter d'essayer une jupe. Il avait répondu "Pourquoi pas ?".

Comme un mariage logeait aussi dans la résidence, tous les invités m'ont vu.

J'ai distribué quelques cartes pour inviter ici. Pour finir, un membre de la troupe m'a dit qu'il allait devenir adepte et j'espère que c'est vrai.

Une vraie journée "Pub-jupe".

-20 : Ce matin, j'ai croisé une ancienne élève. Très content de la revoir, je lui ai donné la carte de ce blog. En tant qu'Infirmière Diplômée d'Etat, qui semblait étonnée malgré l'ouverture d'esprit dont je la crois capable.

- 19 : Les suites de ma discussion avec la commerciale FAI :

Elle a fait voir le blog à ses collègues. Les femmes ont réagi plutôt positivement. Les hommes moins. C'est un peu désolant mais pas étonnant hélas. Que de travail à faire pour changer les mentalités.

- 16 : Une amie, intriguée par mon pseudo mais en ignorant la raison, m'en a demandé la signification. Il va de soi que je lui ai expliqué et sa réaction fut sans surprise après que je lui ai fait voir les photos de moi en jupe à Paris, que j'ai dans mon smartphone :

"Tu as bien raison. Pourquoi les femmes portent-elles des pantalons et les hommes ne porteraient-ils pas de jupe ?"

S'en est suivie un échange sympa. Elle attend de me voir avec ma jupe écossaise (n° 5), un pull bleu marine et des collants. Cela se fera très vite.

- 07 : Peu d'opportunités pour sortir car j'étais pas mal absent de Nancy ces derniers jours. Et je ne pouvais pas être en jupe là où j'étais. Mais ce n'est que partie remise.

Janvier 2014

- 30 : Ce matin,bien qu'étant en pantalon, j'ai échangé sur la jupe pour homme avec une jeune femme très sympathique.

Commerciale chez un Fournisseur d'Accès Internet, très ouverte, elle a consulté mon blog et a trouvé mes jambes très bien. Elle m'a dit apprécié l'originalité. J'ai vraiment apprécié et je pense que nous continuerons.

Bien sûr, quand il n'y aura pas de clients qui attendent.

- 07 : Super sortie cet après-midi. Grande surface avec un monde fou ... à causes des soldes. J'ai bien perçu quelques regards étonnés, mais c'est vraiment chouette de se sentir bien.

- 02 : Il y a trois sondages. Un "mixte", un féminin et un masculin. Il n'est hélas pas possible de créer un sondage multi-réponses. A suivre ...

&&&&



07/08/2015
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Mode pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres